En bibliothèques : liseuses versus tablettes ?

Liseuses versus tablettes ?
Quelle place en bibliothèque ?

1. Qu’est-ce qu’une liseuse ou un e-reader ?
Une liseuse (e-reader) est un dispositif technique (appareil) qui permet de stocker et lire un texte sous format électronique. L’objectif de ce type d’appareil, permis par la miniaturisation croissante des composants électroniques, est de se rapprocher du livre papier traditionnel : autonome, portable, léger, permettant principalement le parcours et la lecture de textes. Il peut avoir différents formats, de taille proche de celle d’un ouvrage papier, restant généralement inférieur au format A4, plus proche du format A5. Quelques fonctions annexes propres au format électronique sont introduites, telles que zoom, fonctionnalités de réglage des tonalités, contraste et couleur, interfaces d’échange notamment USB, index électronique, etc. La liseuse permet de stocker de nombreux ouvrages, elle se situe donc entre la bibliothèque nomade et le livre numérisé. (Source Wikipedia).
Elle repose sur l’utilisation d’une technologie complexe, celle de l’encre électronique (E-Ink) développée depuis les années 1970. Au départ cette technologie ne permettait que de produire des écrans en noir et blanc ; désormais, la couleur a été intégrée dans les appareils de dernière génération comme l’écran tactile qui facilite la navigation et la consultation des textes. Une liseuse n’est pas rétro éclairée. Cela permet de lire en lumière naturelle. Un éclairage d’appoint est donc nécessaire lorsque la lumière du jour décline. Les e-reader ou liseuses sont faits exclusivement pour lire du texte ; ils peuvent intégrer d’autres technologies (navigation Internet, lecture de fichiers musicaux, etc.) mais ces dernières sont ajoutées à titre d’accessoires.
Un e-reader est donc un outil à usage relativement fermé, sans être totalement exclusif. Il est destiné à consulter des textes et des livres homothétiques (copie numérique de livres papier).

2. Qu’est-ce qu’une tablette numérique ?
Les tablettes tactiles numériques sont un dispositif technique proche de l’ordinateur portable. Cependant, elles possèdent un écran tactile sur lequel l’utilisateur interagit à l’aide des doigts qui remplacent la souris. Un logiciel interprète le contact et les déplacements des doigts sur l’écran. L’affichage à l’écran peut se faire en mode portrait et paysage en pivotant la tablette.
Elles existent sous deux formes :

  • • ardoise : la plus courante, sous la forme d’un écran fin qui contient toute l’électronique, avec les doigts ou un stylet pour interagir. Le clavier physique est remplacé par un clavier virtuel ;
  • • convertible : sous la forme d’un portable traditionnel avec clavier qui contient la majeure partie de l’électronique, mais dont l’écran peut se détacher, de telle sorte que seul l’écran devienne une tablette tactile.

Les tablettes tactiles peuvent être équipées de différents ports (USB, PCMCIA/PC Card, FireWire, Wi-Fi, IrDA, Bluetooth…). Les ports série et parallèle ne sont pas inclus (des adaptateurs sont disponibles en accessoires). Elles sont capables de se connecter à un réseau sans fil grâce à la technologie Wi-Fi. Certaines tablettes proposent des accessoires complémentaires comme un clavier physique, des haut-parleurs, un « dock » ou « station d’accueil ».
L’ergonomie et les fonctions des tablettes seront amenées encore à évoluer afin de mieux s’adapter à différents usagers comme les enfants ou les personnes âgées, voire en fonction des lieux d’utilisation. (Source Wikipedia).
A la différence des liseuses, ces appareils sont rétro éclairés. Ils ne sont pas conçus spécifiquement pour lire des textes et des livres électroniques, mais ils disposent de cette fonctionnalité. Outils de mobilité, ils rassemblent de nombreuses fonctions ; outre la navigation Internet non filaire, ils permettent de lire des vidéos comme de la musique, etc.
Reposant sur un système d’exploitation, ils s’enrichissent de programmes très divers prenant le nom d’applications.
Une tablette tactile numérique est donc un outil aux usages très variés, fait pour la navigation sur Internet, qui permet la lecture de texte et la consultation de livres numériques mais de manière accessoire. La lecture sur écran rétro éclairé est d’ailleurs plus difficile en fonction des conditions d’éclairage extérieures.

3. Qu’est-ce qu’un livre électronique ou ebook ?
Un livre électronique (ou livre numérique), dit aussi livrel ou e-book (en anglais), est un fichier électronique contenant un texte sous forme numérique. Il ne doit pas être confondu avec la liseuse, l’appareil électronique spécialisé qui permet de le lire sans faire usage d’un ordinateur. Les termes livre numérique (fichier) et ses synonymes livre électronique et livrel (mot-valise) ont été proposés par l’Office québécois de la langue française1 comme traductions françaises de e-book, electronic book ou digital book. Dans l’usage, livre électronique et livrel désignent aussi bien le contenu (le texte lui-même) que le contenant (l’appareil, le support permettant de visualiser le contenu). Ces deux termes sont donc aussi synonymes de lecteur électronique et liseuse électronique (appareil). Selon l’OQLF, la forme hybride e-livre (calque de l’anglais e-book) est à éviter en français. (Source Wikipedia)
Ce terme qui vaut aussi bien pour le contenu que pour le contenant doit être retenu dans une acception plus étroite celle du contenu, du texte. La majorité des ebooks sont aujourd’hui des livres homothétiques, simple copie/reproduction numérique du livre physique.
Le premier projet de livre électronique dans le monde est le Gutenberg project initié en 1971 et dont le fondateur vient de mourir (CF Hervé le Crosnier/ Blog Monde Diplomatique).
Le format le plus répandu pour les ebooks dans le commerce est désormais l’epub.

« EPUB (acronyme de « electronic publication » ou « publication électronique », parfois noté ePub, EPub ou epub) est un format ouvert standardisé pour les livres électroniques. Proposé par l’International Digital Publishing Forum (IDPF), ces fichiers ont l’extension .epub.
EPUB est conçu pour faciliter la mise en page du contenu, le texte affiché étant ajusté pour le type d’appareil de lecture. Il est également conçu comme seul format pouvant à la fois satisfaire les éditeurs pour leurs besoins internes et la distribution. Ce format englobe le standard Open eBook.
La dernière version standardisée, ePUB3, repose sur l’HTML5, ce qui ouvre la voie à de nombreuses extensions. Elle offre de nouvelles caractéristiques telles que la prise en charge de l’affichage de toutes les langues, un espace spécifique pour les métadonnées, un développement de l’interactivité permettant l’ajout de contenus enrichis (graphismes, typographies, multimédias).
Diverses applications permettent de créer un fichier ePub directement ou à partir d’un fichier préexistant. » (Source Wikipedia)

4. Que faut-il choisir en bibliothèque publique ?
La réponse est assez simple dans la situation actuelle.
Dans la phase de transition et d’adaptation que connaissent et traversent les bibliothèques, l’offre de contenus numériques et de livres numériques en bibliothèque publique doit reposer à la fois sur des outils facilitant la lecture numérique d’une part, et d’autre part, sur des appareils facilitant la consultation et la navigation sur internet.
Une réponse adaptée est donc d’offrir à la fois des liseuses et des tablettes numériques. L’intérêt des usagers pour ces produits est d’abord l’expression d’une vive curiosité. En ce sens, la bibliothèque a un rôle de passeur, de formation et d’information sur ces outils techniques sans en faire pour autant une promotion forcenée.
Et, pour offrir ces outils, la bibliothèque doit disposer impérativement et construire une offre de contenus culturels numériques qu’elle achète ou qu’elle produit elle-même.

Exemples de modèles de liseuses

  • • OyO (France Loisir et Chapitre.com)
  • • FnacBook (Fnac)
  • • BeBook Club, Neo, One, Mini (BeBook)
  • • Cybook Gen3, Cybook Opus, Cybook Orizon, Cybook Odyssey (Bookeen)
  • • Boox (Onyx)
  • • Cool-er (Interead)
  • • eSlick (Foxit)
  • • Hanlin eReader
  • • Hanvon N516, N518, N520, N526
  • • iRex Digital Reader 1000
  • • Nook 1st edition, Nook Color et Nook Touch (Barnes & Noble)
  • • Plastic Logic
  • • iRiver Story
  • • PlayBook
  • • Sony Reader
  • • iPad, iPhone, iPod Touch (Apple)
  • • Archos 70 IT, 101 IT
  • • Tabbee S
  • • Samsung E60
  • • Kobo eReader Touch, Wireless eReader (Kobo)
  • • Android phones and tablets

4 réflexions au sujet de « En bibliothèques : liseuses versus tablettes ? »

  1. Ping : En bibliothèques : liseuses versus tablettes ? | Lire en numérique en bibliothèque | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s