Bâtir un règlement intérieur à l’heure d’Internet

Le règlement intérieur d’une bibliothèque n’est pas un texte ayant juridiquement une valeur réglementaire ; il s’agit plutôt d’une charte de bonne conduite. Les usagers doivent en avoir connaissance et le respecter. Il précise un certain nombre de dispositions permettant à la bibliothèque – lieu d’accueil du public – de bien fonctionner.

  1.  Les principales dispositions

Le règlement porte sur le fonctionnement général de la bibliothèque.

Il rappelle d’abord les missions de la bibliothèque, les tarifs, les règles de prêts ainsi que les horaires d’ouverture. Il donne des informations quant aux différents espaces de la bibliothèque et leur fonction ?

Il précise ensuite ce que peuvent faire les usagers (leurs droits en quelque sorte) :

  • la consultation sur place,
  • l’emprunt,
  • le comportement général individuel ou en groupe
  • la tolérance ou non à l’égard du bruit,
  • la question de l’usage des téléphones,
  • la question de l’usage ou non de la nourriture et des boissons,
  • l’accueil différencié ou non des différentes catégories de public,
  • le recours aux secours en cas de problèmes.

Le règlement intérieur peut – le cas échéant – traiter de mode particulier d’accueil et de règles à respecter en fonction des différentes catégories d’espace (espace adulte, espace jeunesse, salle d’étude, salles de travail, etc.)

Il précise enfin ce que les usagers ne doivent pas faire (leurs devoirs) : avoir toujours un comportement décent, faire preuve de calme, etc. Il précise quels documents peuvent être demandés en cas d’inscription, la valeur du bulletin d’inscription. Il rappelle que le SIGB est déclaré à la CNIL et que les données collectées sont conservées pendant deux ans à l’issue de l’inscription.

Il peut faire référence aux moyens mis en œuvre par la collectivité pour assurer le bon fonctionnement général de l’établissement : présence des bibliothécaires, d’agents de sécurité/incendie, recours à la police municipale ou nationale en cas de difficultés ou de conflit avec un usager, etc.

  1. Mise à disposition d’Internet

Dans ce cas précis, le règlement doit évoquer les différents service déployées :

  • le wifi et le règlement particulier afférent,
  • la mise à disposition de postes informatiques en libre accès permettant de consulter la Toile,
  • le fonctionnement de la salle multimédia.

Dans le cas du wifi : le règlement doit préciser quels usages sont acceptés ; si un usager est aperçu en en faisant un usage illicite ou indécent, la manière dont il sera traité (le plus souvent il suffit d’indiquer que dans ce cas précis l’usager devra éteindre son poste et quitter sur le champ la bibliothèque). Il convient également de donner des informations concernant la réglementation en vigueur et le fait que les données de connexion seront conservées pendant un an. Il est souhaitable d’indiquer quelle technique ou quel logiciel est employé pour se faire.

Dans le cas de postes Internet en libre accès : (les dispositions ci-dessus s’appliquent également dans ce cas de figure) il faut déterminer précisément ce que l’usager ne peut pas faire ; car il vaut mieux donner une définition en creux. Si un système permet de bloquer l’accès à certains sites, il est nécessaire d’en informer les usagers (via le règlement comme via une information sur les postes ou à proximité immédiate) ; le règlement peut également préciser quel niveau d’aide les bibliothécaires sont susceptibles d’apporter. Toutefois, indiquer dans un règlement que les postes ne sont là que pour un usage « documentaire » est bien trop restrictif. N’oublions pas qu’il s’agit d’un service à destination de tous et que les usages les plus répandus sont la messagerie, la messagerie instantanée, le t’chat ainsi que les réseaux sociaux.

Si l’accès aux postes fait l’objet d’une inscription préalable, le règlement doit le rappeler ; si le fonctionnement est assoupli en fonction de la fréquentation, cela doit également être mentionné.

Dans le cas d’une salle multimédia : (les dispositions ci-dessus s’appliquent également dans ce cas de figure) le règlement fixe le cadre général de fonctionnement : les horaires, ce que l’on peut faire précisément sur les postes informatiques (bureautique, navigation sur Internet, jeux, jeux en réseau, etc.) Il précise également que toute autre forme d’usage doit se dérouler sur les autres postes à disposition ou via le wifi. Dans ce cas précis, l’usage doit être bien plus contrôlé car une médiation plus poussée sera exercée.

Une réflexion au sujet de « Bâtir un règlement intérieur à l’heure d’Internet »

  1. Ping : Bâtir un règlement intérieur à l’heure d’Internet « la bibliothèque, et veiller

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s